Agence inter-établissements de recherche pour le développement

Vous êtes ici : Accueil / Toute l'actualité / L'actualité de l'AIRD / Programmes / Un million d’euros mobilisés par des institutions françaises, brésiliennes et africaines pour lutter contre la désertification en Afrique

Un million d’euros mobilisés par des institutions françaises, brésiliennes et africaines pour lutter contre la désertification en Afrique

21 Juin 2012

Logo Rio+20

Un partenariat inédit visant à lutter contre la désertification en Afrique a été présenté mercredi 20 juin dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20). Lors d’un événement, qui s’est tenu au Pavillon Brésil du Parc des Athlètes, l’Agence inter-établissements de recherche pour le développement (AIRD), l’Agence panafricaine de la grande muraille verte (APGMV), le Centre de gestion et d’études stratégiques (CGEE) et le Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) du Brésil ont annoncé les modalités du premier appel à projets de recherche tripartite sur la lutte contre la désertification en Afrique.

Un million d’euros pour le premier programme de coopération scientifique Afrique-Brésil-France sur la lutte contre la désertification

Fruit d’une coopération entre l’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’AIRD, l’APGMV, le CGEE et le CNPq, initiée à Fortaleza (Brésil, ICID +18, août 2010), puis renforcée à Mendoza (Argentine, septembre 2011) et à Niamey (Niger, ICID+19, octobre 2011), le programme de recherche présenté à Rio+20 concrétise les engagements de l’accord tripartite signé en mars 2012 lors du 6e Forum mondial de l’eau à Marseille.

Initiative originale de coopération Sud-Sud-Nord financée conjointement par le Brésil, l’Afrique et la France à hauteur d’un million d’euros, ce programme de recherche vise à structurer une communauté scientifique tricontinentale d’appui à la lutte contre la désertification en Afrique, à renforcer les capacités scientifiques de ce continent et à consolider le lien entre science et société, afin de contribuer à une gestion durable des zones arides et semi-arides. Il s’adresse aux chercheurs ou enseignants-chercheurs d’institutions d'enseignement et/ou de recherche françaises, brésiliennes et africaines, et porte sur les zones arides et semi-arides d’Afrique, et particulièrement sur les régions couvertes par l’Initiative africaine de la Grand muraille verte (IAGMV 1).

Promotion de la sécurité alimentaire et réduction de la pauvreté

Ce programme de recherche sur la lutte contre la désertification en Afrique met l’accent sur la promotion de la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté dans les zones arides et semi-arides de ce continent. Les thématiques scientifiques ciblées sont variées et recouvrent l’agriculture et l’alimentation, la gestion des ressources naturelles (eau, sol, biodiversité, …), l’adaptation au changement climatique, le développement durable et humain, la gouvernance, la technologie et l’innovation. Les projets combinant des actions transverses multithématiques, visant à produire des nouvelles connaissances et leur valorisation socio-économique seront particulièrement encouragés. L’appel à projets est ouvert du 21 juin au 20 octobre 2012 et est disponible sur les sites internet de l’IRD/AIRD, du CNPq et de l’APGMV.

Présents à Rio+20, Michel Laurent (Président de l’IRD), Michel Bouvet (Directeur Général de l’AIRD), Abdoulaye Dia (Secrétaire exécutif de l’APGMV), Antonio Carlos Filgueira Galvão (Directeur du CGEE) et Glaucius Oliva (Président du CNPq), se félicitent de l’intérêt suscité par ce programme de recherche tripartite novateur.

De nombreuses personnalités ont en effet participé à ce lancement : Idriss Deby Itno , Président du Tchad ; Marco Antônio Raupp , ministre brésilien des Sciences, technologies et de l’innovation ; Fernando Bezerra , ministre brésilien de l’Intégration nationale ; Jean Kouldiaty, ministre de l’Environnement et du développement durable du Burkina Faso ; Eduardo Campos , gouverneur brésilien de l’état du Pernambouc. Madame Geneviève Fioraso , ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche française, avait pour sa part chargé Michel Laurent d’introduire l’événement, en prononçant un discours en son nom. Enfin, le président de l’Institut Lula, Paulo Okamotto , a délivré un message de soutien aux autorités présentes, adressé par l’ancien président du Brésil, Luiz Inacio Lula Da Silva .

1. Burkina-Faso, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad.

Un million d’euros mobilisés par des institutions françaises, brésiliennes et africaines pour lutter contre la désertification en Afrique (pdf, 84 Ko)